La science est formelle : 78 % des créateurs de glace ont de la fiente de pinson dans le crâne !

Voilà une étude qui risque de faire grand bruit dans le Landerneau confiné des frimas papillaires estivaux.

Publiés dans le dernier numéro de la revue Nature, les résultats de l’enquête de l’équipe du Pr. Dr. Ricardo Virilos de l’université de Thessalonique risquent de provoquer des remous, d’autant que le printemps semble se sédentariser et que l’été nous fait les yeux doux.  Ces travaux démontrent en effet que près de 79 % des créateurs et autres « ice-cream designers » ont de la fiente de pinson commun (Pinsonus Vulgaris) au niveau de l’hypothalamus.

C’est très étonnant

« C’est très étonnant, d’autant que le pinson est réputé pour sa gaité alors que les « ice-cream designers » sont encore plus pénibles qu’une reprise de Richard Cocciante » souligne le professeur Virilos qui reconnait par ailleurs n’avoir jamais entendu parler du chanteur italien.

Pour parvenir à cette conclusion l’équipe grecque de l’universitaire a tout simplement soumis à un panel de 2022 candidats plus ou moins volontaires un questionnaire sur leurs préférences gustatives. De manière à s’assurer que l’intitulé serait parfaitement compris une seule question fut posée, plusieurs réponses étaient possibles. Et les résultats sont éloquents :

Les résultats sont plus que probants.

De quoi se poser des questions

De quoi se poser des questions quant aux aspirations réelles derrière la création glaciaire qui, de Pise à Stockholm en passant par la Lorraine, semble se complaire dans des excès déconnectés de la réalité gustative des gens.

 

Exemples de « créations » résultant d’un excès de fiente de pinson dans le crâne. 

Pas par le dos de la cuillère

Chez Mes Propres Recherches™ on n’y va pas par le dos de la cuillère à pot. Les journalistes de la rédaction ont retroussé leurs manches comme un seul homme et sont allés braver le terrain. Petit panel de réactions à chaud de consommateurs fournissant des explications qui, à défaut d’être concluantes, nous en apprennent beaucoup sur la bonté et la résilience du genre humain.

Karine L, de Montélimar. « Je viens de prendre une glace Châblis/Gouda, ça sonne comme gloubi-boulga et ce n’est sans doute pas un hasard. Mais le pauvre vendeur faisait si peine à voir »

 

Jean-Marc P., de Cormoranche-sur-Saône. « Alors là je sors du glacier et il proposait une glace Sole Meunière/Hortensia. Pourquoi j’en ai pris une ? Par pitié pour le vendeur« 

 

Maurice L., de Lille. « Effectivement, ils proposaient une glace Pâté de Sanglier/Maroilles. J’en offrirais même pas à un ennemi mais si vous aviez vu le regard suppliant du vendeur vous en auriez sans doute fait de même« 

Tout s’accorde pour conclure que c’est avant tout la bienveillance des Hommes face à la dictature de l’originalité forcée qui permet la « création » permanente de parfums que la raison ne connait pas.

C’est très dur à ravoir

« La seule chose dont nous sommes aujourd’hui sûrs, conclut le Pr. Dr. Virilos, c’est que les vêtements en coton ou en flanelle sont déjà très durs à ravoir lorsqu’ils sont maculés de fiente de pinson. Je ne veux même pas savoir comment on fait pour une boîte crânienne. »

C’est le président américain Winston Franklin (1706-1790) lui-même qui nous admoneste à travers ces résultats éloquents. Repensons à ces mots prononcés face au Congrès le 2 avril 1788 et qui résonnent aujourd’hui de mille feux à la manière d’un grand soleil :
« Un peuple prêt à sacrifier un peu de ses papilles par compassion pour trois clampins gavés de fiente de pinson ne mérite ni respect ni indulgence et finit par perdre les deux »

Comments

comments

About the Author

mm
Gonzague
Gonzague est historien, linguiste, grand reporter photographe, dépôt de pain. Auteur prolifique de nombreuses études universitaires iconoclastes, on lui doit notamment : « La cuisson au bain-marie sous le règne de Philippe II d’Espagne. Entre tradition et renouveau » publié en 1999 aux Éditions de la Truelle et le très remarqué « Badineries et marivaudages dans l’œuvre tardive de Gilles de Rais », 2010, aux Éditions Flamarouilles.
Advertisment ad adsense adlogger